Un activateur d'égalité réelle

Espaces non mixtes : l'entre-soi contre les inégalités ?

02/06/22 |  

Espaces non mixtes : l’entre-soi contre les inégalités ?

L’organisation d’espaces non mixtes est utilisée par de nombreux mouvements sociaux, mais également par plusieurs politiques publiques, comme un instrument de lutte contre les inégalités

À distance des polémiques, ce dossier retrace l'histoire et les raisons de ce recours à la non-mixité et met en lumière ses effets sur les inégalités.

extrait :

Le fait de se réunir en non-mixité, sur la base d'une expérience et d'une identité sociales communes en proie aux inégalités et aux discriminations (comme le fait d'être une femme, LGBT+, d'avoir une couleur de peau perçue comme autre que blanche, d'être en situation de handicap, etc.) fait l'objet de dénonciations récurrentes dans le débat public en France. Pas une année ne se passe sans qu'une polémique n'anime l'espace médiatique et politique au sujet de telle ou telle organisation ou réunion de femmes « interdite » aux hommes, ou de personnes non blanches « interdite » aux Blanc·he·s.

Pourtant, l'organisation d'espaces non mixtes et les débats qu'elle suscite ne sont pas nouveaux, ni même réservés aux groupes militants. Ce sont à ces espaces qu'est consacré ce dossier : à leurs actrices et acteurs, à leurs frontières externes et internes, et à leurs effets en termes de lutte contre les inégalités. À distance des jugements moraux et de la violence des controverses, il propose d'explorer posément, sur la base de recherches en sciences sociales, empiriques et vérifiables, les usages et les effets de l'entre-soi des groupes dominés.

Alors que la réduction des inégalités est communément associée à la déségrégation et à la mixité sociale, il convient d'abord de revenir sur le caractère contre-intuitif du recours à l'entre-soi pour combattre les inégalités. Une fois précisé ce paradoxe apparent, cette introduction décrit les enjeux et les usages de cette pratique dans les mouvements sociaux qui y ont recours, avant de souligner qu'elle est fréquemment utilisée par l'action publique elle-même, comme un dispositif des politiques de réduction des inégalités. Les travaux présentés ici permettent enfin d'interroger les effets politiques et sociaux de la non-mixité.

 

 

accédez au rapport ici

Partagez