Un activateur d'égalité réelle

Violences faites aux femmes : le cap des 50 féminicides franchi en France

15/05/19

Violences faites aux femmes : le cap des 50 féminicides franchi en France

 

Depuis janvier 2019, les féminicides sont en hausse. Ce n'est plus, selon l'expression consacrée « une femme qui meure tous les 3 jours sous les coups de son mari », mais « une vie perdue tous les deux jours et demi », d'après Françoise Brié, directrice générale de la Fédération nationale Solidarité Femmes.

 

Le collectif   “Féminicides par compagnon ou ex” a décidé de recenser ces crimes contre les femmes.

Consulter la cartographie de leurs recensements, mobilisations et données 2019 : http://bit.ly/2Q4zncR

Après la médiatisation de l'affaire d'Alexia Daval, ou celle de Marie Trintignant, toutes deux mortes sous les coups de leurs compagnons ; les chiffres publiés par le Collectif “Féminicides par compagnon ou ex” permettent de braquer la lumière sur le grand fléau des violences conjugales : une femme sur dix, vivant en couple, est victime de violences physiques, sexuelles ou psychologiques. 71,1% des jeunes femmes ont été victimes de violences domestiques avant l’âge de 25 ans (contre et 58,2% des jeunes hommes).

 

Pourquoi une telle hausse ?

 

Dans plus de 90% des cas recensés, il y a volonté de tuer, parfois même avec préméditation. Souvent, des situations de violences conjugales pré-existaient. Ces faits mettent l'accent sur la nécessité de communication autour des accompagnements existants (questions de justice, d’emplois, d’hébergement, de logement, etc) chez les femmes victimes.

Sur ce sujet : http://www.slate.fr/story/175698/chiffres-feminicides-statistiques-une-femme-deux-trois-jours-definition-couple-variations

 

Une violence qui touche toutes les femmes sans distinction.

 

« Elles ont tous les âges, de 19 à 90 ans. Elles sont secrétaires, aide-soignantes, assistantes maternelles, conductrices de car, patronnes de bistrot, agricultrices, employées municipales, grooms, serveuses […]. » d'après Titiou Lecoq, article du 23 juin 2017 sur Slate.fr.

Ces femmes tuées par leurs conjoints représentent chaque année environ 20% de ce que le ministère de l'Intérieur appelle « les atteintes à la vie. […] ». Toutes les catégories sociales et professionnelles sont représentées. Ainsi,  « tuer sa femme [semble être] un acte très bien partagé dans la société », selon Titiou Lecoq.

Sur ce sujet : http://www.slate.fr/story/176055/feminicides-mineures-ados-assassinees

 

Ces drames sont l'occasion de rappeler l'existence de la plateforme nationale dédiée à l'écoute des femmes victimes de violences, disponible en composant le 3919.

L'appel est gratuit et anonyme, ouvert 7 jours sur 7, de 9 heures à 22 heures du lundi au vendredi et de 9 heures à 18 heures, les week-ends et jours fériés.

 

  • Sources :

Slate. Fr : articles de Titiou lecoq du 23/06/2017, 12/04/2019

Thomas Messia du 21/04/2019

Fanny Arlandis — 14/02/ 2019

France Inter, Béatrice Dugué 9/05/ 2019

  • Credit Photo :

Camille GHARBI : exposition les « Preuves d'amour ». La photographe donne à voir voir une vingtaine d’objets du quotidien photographiés sur un fond bleu clair. Chacun d’eux représente l’arme des meurtres de femmes.

  • Pour aller plus loin :

https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/violences-conjugales-la-justice-au-pied-du-lit?fbclid=IwAR0ICcAFd9QPQI8iN-RvVIY-TdFSMECxLAWwEK2oPcFLTwJN9Nq9qjLHldc

 

Partagez